Démangeaisons chez l’animal : s’agit-il d’une allergie ?

Publié par
minutes de lecture

Quand ça vous démange, ça vous rend fou/folle, n'est-ce pas ? Et si vous n'arrivez pas à atteindre l’endroit qui vous démange, cela peut rapidement tourner à l'obsession. C’est l’une des choses pour lesquelles nous sommes à même de ressentir le plus d'empathie lorsqu'il s'agit de nos chats et de nos chiens. Avoir un chien ou un chat qui se gratte ou se lèche en permanence peut être pénible pour nous, propriétaires, mais également pour lui. Beaucoup de mes clients qui partagent leur chambre avec leur chat ou leur chien ont été malheureusement privés de sommeil à cause des bruits de grattage et d’agitation incessants. Si votre chat ou votre chien perd ses poils, se dégarnit ou semble souffrir d’une affection cutanée, il peut s’agir d’une allergie. Les allergies ne sont pas aussi courantes que l’on pourrait le croire. Aussi, le vétérinaire souhaitera d’abord écarter les causes les plus courantes. Vous trouverez un article sur ces causes courantes en cliquant sur ce lien.

La maladie allergique cutanée la plus courante chez le chien et le chat est la dermatite atopique, ou atopie. Elle se déclare généralement à partir de l’âge de six mois. Vous remarquerez alors que votre chien ou votre chat se gratte, secoue la tête ou se mordille et se lèche de façon excessive. Vous observerez peut-être des plaques sans poils et une peau rouge et, dans de nombreux cas, l’animal se blessera à force de se gratter. La peau peut développer une infection secondaire dès le début du traumatisme, ce qui peut aggraver les démangeaisons et générer un cercle vicieux d’inflammation.

L’atopie est une réaction à un ou plusieurs éléments de l’environnement. Les sensibilités les plus courantes sont celles liées à la poussière et aux acariens, au pollen, aux arbres, aux graminées, etc. De nombreux chats et chiens auront des démangeaisons plus importantes en été, lorsque les prés et les champs sont en pleine période de floraison. D’autres animaux se gratteront toute l’année s’il s’agit par exemple d’une allergie aux acariens.

L’atopie peut être difficile à diagnostiquer et coûteuse à rechercher et à traiter. Alors, soyez patient(e) avec le vétérinaire pendant qu’il fait des recherches approfondies pour déterminer comment aider au mieux votre chat ou votre chien qui se gratte. Une fois les autres causes écartées, le vétérinaire souhaitera peut-être réaliser d’autres examens pour savoir à quoi votre animal est allergique. Par exemple, les tests cutanés constituent une étape importante avant ce que l’on appelle l’« hyposensibilisation ». Le vétérinaire pourra alors discuter des médicaments, des huiles oméga qui peuvent aider, des shampooings, de l’évitement des allergènes et également de l’hyposensibilisation. L'hyposensibilisation consiste en un mélange spécifique d’allergènes conçu sur mesure pour votre chien ou votre chat qui lui est ensuite administré par injection en doses croissantes au fil des semaines et des mois. Cette méthode peut permettre de mettre fin à l’atopie chez certains animaux et peut contribuer à réduire la quantité de médicaments dont ils ont besoin si une résolution complète n’est pas obtenue. Le vétérinaire peut également administrer un traitement de courte durée à base de stéroïdes pour arrêter le cycle démangeaisons-grattage et soulager le chien ou le chat, ainsi que son propriétaire. En cas d’infection, des antibiotiques peuvent être utilisés.

Après l’atopie, il faut parler de l’allergie alimentaire. Nous préférons utiliser le terme de « réactions indésirables aux aliments » car la plupart des réactions et des intolérances aux aliments ne sont pas de véritables allergies. Cela ne fait aucune différence pour l’animal car les réactions et les choses à éviter sont les mêmes. Les véritables allergies alimentaires sont le plus souvent dues à une partie des protéines contenues dans l’aliment en question. Les aliments qui provoquent le plus souvent des réactions allergiques chez le chien sont le bœuf, les produits laitiers, le poulet et le blé, et chez le chat, le bœuf, le poulet et le poisson. N’oubliez pas non plus que votre animal peut souffrir à la fois d’une atopie et d’une allergie alimentaire.

Les signes sont à peu près les mêmes que pour l’atopie, mais ils ne seront pas saisonniers si l’aliment est toujours consommé. Dans certains cas, les zones du corps qui démangent le plus varient entre l’atopie et les réactions alimentaires, mais cela n’est pas immuable. Si le vétérinaire soupçonne que l’alimentation est en cause, il souhaitera procéder à un essai d’exclusion/éviction des aliments. Il peut falloir attendre entre 4 et 12 semaines avant de pouvoir tirer des conclusions et il est absolument impératif de respecter le protocole. En général, le moyen le plus simple de faire un essai alimentaire est d’utiliser un aliment diététique spécial. Il s’agit d’aliments contenant soit des protéines coupées en si petits morceaux que l’organisme n’y réagit plus (hydrolyse des protéines), soit des protéines que votre animal n’a jamais mangées auparavant (nouvel aliment protéique). Si, après plusieurs semaines, votre animal se porte mieux, vous pouvez le mettre au défi en lui proposant différentes sources de protéines, une par une, afin d'identifier la ou les coupables. De nombreux propriétaires sont tellement soulagés que les démangeaisons aient cessé qu’ils s’en tiennent à l’alimentation spéciale. Des tests sanguins peuvent aussi donner des indications supplémentaires sur l'allergie alimentaire dont souffre votre animal. Un essai par éviction des aliments, comme nous l’avons évoqué précédemment, est le meilleur choix pour y parvenir.

Un autre type de réaction possible est la dermatite de contact. Dans ce cas, l’animal entre en contact avec quelque chose qui provoque une réaction allergique ou abîme la peau. Il peut s’agir d’un contact avec des orties ou encore d’une réaction à une lessive utilisée pour laver son couchage.

Les démangeaisons et le grattage peuvent rendre l’animal fou, et nous avec, mais votre dévouement et celui de votre équipe vétérinaire vous permettront d'être rapidement soulagés, vous et votre animal de compagnie.

Biographie de l’auteure

Dr. Emma Milne

Le Dr Emma Milne a obtenu son diplôme de vétérinaire en 1996. Elle a travaillé dans une clinique pour petits animaux pendant 12 ans et comme conseillère en nutrition clinique pendant sept ans. Elle est connue pour son travail en faveur du bien-être des animaux et a écrit dix livres sur les animaux de compagnie.

Produits associés