Variations de poids chez le chien et le chat : pourrait-il s’agir d’un trouble de la thyroïde ?

Publié par
minutes de lecture

De nombreux propriétaires s’inquiètent car leur chat ou leur chien est trop maigre ou trop gros. Il est donc sage et conseillé de surveiller le poids du chat ou du chien. La prise et la perte de poids peuvent être le signe d’une maladie comme un trouble de la thyroïde ou le diabète. En tant que vétérinaires, nous recommandons de peser l’animal tous les mois, si possible, tout au long de sa vie. Ainsi, en tant que propriétaire ou vétérinaire, vous pouvez très rapidement repérer si son poids ne va pas dans le bon sens. La prise de poids peut n’être due qu’à un décalage entre les calories ingérées et les calories dépensées, comme l’« embonpoint lié à l’âge », mais elle peut également être le signe d’une maladie. Une perte de poids sans raison est parfois un signe plus inquiétant. Dans cet article, nous allons aborder les maladies de la thyroïde : les signes, les causes et ce que vous pouvez faire pour y remédier.

La thyroïde contrôle le métabolisme : si son taux est trop élevé (hyperthyroïdie), l’organisme est en surrégime ; si son taux n’est pas suffisant (hypothyroïdie), l’individu est léthargique, fatigué et a tendance à prendre du poids. Le chat et le chien sont tout à fait opposés en ce qui concerne la thyroïde. En cas de maladie thyroïdienne, le chat est pratiquement toujours hyperthyroïdien et le chien, pratiquement toujours hypothyroïdien.

Hyperthyroïdie chez le chat.

Une thyroïde hyperactive, ou hyperthyroïdie, est une maladie endocrinienne courante chez le chat. Elle est généralement causée par une croissance bénigne du tissu thyroïdien qui produit un surplus d’hormones thyroïdiennes. Elle touche souvent le chat âgé et l’un des principaux signes est une perte de poids incontrôlée. Comme le métabolisme est mis en surrégime, outre la variation de poids, les signes sont assez évidents. Le chat hyperthyroïdien a faim en permanence, il quémande de la nourriture et en vole car il ne peut tout simplement pas satisfaire son appétit. Il a tendance à être "monté sur des ressorts" et à s’agiter comme s’il ne savait pas quoi faire et il peut même devenir agressif. Son pelage est souvent négligé et désordonné. Lors d'un examen chez le vétérinaire, nous constatons généralement que son rythme cardiaque est très élevé de même que sa tension artérielle. Un examen vétérinaire attentif révèle souvent une hypertrophie de la thyroïde dans le cou. Les signes sont assez classiques mais une analyse de sang mesurant les taux d’hormones thyroïdiennes permet de confirmer le trouble.

Traitement de l’hyperthyroïdie.

Chez le chat, il existe en fait plusieurs façons de traiter l’hyperthyroïdie. Cela dépendra du lieu de résidence, de la situation et de ce dont dispose le vétérinaire. Voici les options :

  • Traitement. Selon l’endroit où vous vivez, il peut s’agir de comprimés ou d’un gel/d’une crème à appliquer sur la peau.
  • Iode radioactif. Seuls certains centres sont autorisés à réaliser cette procédure, et le chat devra être hospitalisé pendant un certain temps après le traitement.
  • Alimentation. Il existe une alimentation diététique qui peut permettre de contrôler l’hyperthyroïdie, peut-être même sans avoir recours à un traitement ou à une hospitalisation. La thyroïde a besoin d’iode pour produire les hormones thyroïdiennes. Cette alimentation présente un taux d’iode suffisamment bas pour stopper la surproduction des hormones tout en permettant la fabrication de quantités normales.
  • Chirurgie. Une seule des deux glandes ou les deux glandes sont retirées par voie chirurgicale.

Toutes ces options présentent des avantages et des inconvénients. Veillez donc à en discuter avec votre vétérinaire.

Hypothyroïdie chez le chien.

Comme vous pouvez le deviner, chez le chien, l’hypothyroïdie est à peu près le contraire de tout ce qui vient d’être dit. Elle est généralement causée par un problème immunitaire qui attaque la thyroïde et l’empêche de produire les hormones. Elle affecte principalement le chien d’âge moyen à avancé. Le métabolisme ralentit, le chien devient léthargique et paresseux et prend souvent du poids même si sa ration n’a pas augmenté. Il peut également sembler déprimé ou avoir le moral à zéro. Un autre signe révélateur est appelé la « queue de rat ». Le chien a tendance à avoir un pelage en mauvais état et à perdre des poils, notamment sur la queue, ce qui lui donne l’apparence de la queue glabre d’un rat.

Il n’existe encore pas de remède contre l’hypothyroïdie. Elle est traitée par la prise quotidienne et à vie d’une hormone thyroïdienne de substitution. Il faut un peu de temps pour obtenir le bon dosage et les bons taux et des analyses de sang régulières sont nécessaires pour s’assurer que le taux n’est pas trop élevé ou trop bas, mais en général, le chien s’en sort très bien et retrouve son état normal.

Vous vous demandez peut-être s’il est nécessaire de traiter un trouble de la thyroïde. La réponse est oui. L’hyperthyroïdie est en fait dangereuse et peut entraîner la cécité, une insuffisance rénale et l’émaciation, pour ne citer que quelques exemples. Ayant moi-même souffert d’hyperthyroïdie pendant un certain temps, je peux vous dire que c’est vraiment très désagréable. Même si une thyroïde sous-active n’est pas aussi dangereuse, le chien se sentira tout de même assez déprimé et léthargique et aura tout intérêt à retrouver son élan.

Biographie de l’auteure

Dr. Emma Milne

Le Dr Emma Milne a obtenu son diplôme de vétérinaire en 1996. Elle a travaillé dans une clinique pour petits animaux pendant 12 ans et comme conseillère en nutrition clinique pendant sept ans. Elle est connue pour son travail en faveur du bien-être des animaux et a écrit dix livres sur les animaux de compagnie.

Produits associés