[ ↓ skip to navigation ↓ ]

Nutrition des chiens et des chats :
La Vérité Fondée sur des Preuves Scientifiques

Les aliments Hill’s : une nutrition précisément équilibrée et de haute qualité, pour répondre aux besoins uniques de votre animal.

  • En France, 97 % des chiens et 99 % des chats sont nourris avec des aliments pour animaux, et au cours des 8 dernières années, l’espérance de vie a augmenté de plus d’1 an chez les chiens et de plus de 2 ans et 2 mois chez les chats.1
  • Le développement des aliments préparés de haute qualité a aidé à résoudre de nombreux problèmes nutritionnels graves, comme les conséquences du « régime tout viande », une ration ménagère gravement déséquilibrée en calcium et phosphore. Cela fragilisait les os des animaux, qui devenaient cassants et se fracturaient régulièrement.
  • Tout comme l’alimentation humaine, l’alimentation pour animaux est strictement réglementée pour atteindre les plus hauts standards d’hygiène, de sécurité et de qualité.
  • Hill’s respecte, voire surpasse, toutes les recommandations de la FEDIAF (la Fédération Européenne de l’Industrie des Aliments pour animaux Familiers). De plus, Hill’s met en place des contrôles de fabrication très stricts, découlant d’une parfaite compréhension des besoins nutritionnels réels des chiens et des chats.

Les chiens ne sont pas carnivores

Une idée commune fausse est que les chiens sont « carnivores ». Cela vient du fait que les chiens sont classés dans l’ordre des “Carnivores”. Or, tous les membres de l’ordre des “Carnivores” ne sont pas carnivores.

Par exemple : les pandas appartiennent aussi à l’ordre des “Carnivores”, alors qu’ils sont en fait herbivores, ne se nourrissant que de bambous. Les chiens ne sont pas considérés comme de vrais carnivores, ils ont, en fait, les habitudes et les caractéristiques des “omnivores opportunistes”, puisqu’ils se nourissent à la fois d’ingrédients d’origines animale et végétale.

Les chats, eux, sont des “carnivores obligatoires”, ce qui signifie qu’ils ont besoin d’une certaine quantité de protéines animales dans leur alimentation pour survivre.

Chez Hill’s, nous apportons le juste équilibre en nutriments, dont les chiens et les chats ont vraiment besoin.

Donner trop de protéines peut présenter des risques

Aucune preuve n’indique qu’une consommation de protéines au-delà de la couverture des besoins journaliers ne soit bénéfique. Au contraire, il existe des preuves que cette surconsommation peut nuire à la santé d’un chien ou d’un chat.

  • Aucune étude valide ne prouve le bénéfice d’une alimentation riche en protéines chez les chats et les chiens en bonne santé2, alors que de nombreuses études solides viennent à l’appui des teneurs en protéines utilisées dans nos aliments, conformément aux recommandations européennes de la FEDIAF.

En fonction de leur qualité, les protéines peuvent être plus ou moins bien digérées.

  • Un excès de protéines non digérées peut poser problème, car cela peut entraîner une production excessive de gaz, des ballonnements et de l’inconfort pour votre animal. Les protéines non ou mal digérées présentes dans le gros intestin peuvent conduire à la production de substances potentiellement toxiques. Ces substances peuvent nuire à votre animal et déséquilibrer son système digestif.3,4,5
  • Un excès de protéines digérées peut également poser problème. Une fois les besoins journaliers de votre animal satisfaits, les protéines en excès sont stockées en graisse corporelle. Or, l’obésité est une préoccupation majeure pour les animaux et a un impact négatif sur leur santé.
  • Les animaux souffrant de maladies rénales chroniques tirent bénéfice d’un apport contrôlé en protéines.6,7,8 Or, plus de 15 % des chats adultes et 10 % des chiens adultes peuvent présenter une maladie rénale, souvent non détectée. Cette maladie est une cause majeure de mortalité chez les chiens et les chats.5,6 Un excès de phosphore (souvent présent dans les aliments riches en protéines) peut aggraver cette situation.9

Avec les aliments Hill’s, votre animal recevra la juste quantité de protéines: Hill’s s’appuie sur ses connaissances scientifiques approfondies pour formuler une nutrition avec un niveau de protéines optimal pour chaque étape de vie, chaque état de santé et chaque maladie. Les niveaux de protéines de tous les produits Hill’s respectent ou surpassent les apports nutritionnels requis et s’appuient sur un consensus de preuves scientifiques : les normes du NRC (National Research Council), les recommandations de l’ AAFCO (Association of American Feed Control Officials) aux Etats-Unis et celles de la FEDIAF en Europe.

La qualité des protéines est plus importante que leur quantité

Pour les animaux, il est plus important de recevoir un équilibre optimal de nutriments que de suivre les dernières tendances en matière d’alimentation humaine.

La qualité des ingrédients est beaucoup plus importante que leur quantité, en particulier pour les protéines. Les protéines de haute qualité sont beaucoup plus faciles à digérer et à absorber.

Taux de cendres élevé = protéines de moindre qualité

Le taux de cendres est un indicateur de la quantité d’os contenue dans un aliment. Plus la quantité d’os est importante, plus il y a de cendres, ce qui peut indiquer une source de protéines de moins bonne qualité. Cela peut alors constituer un facteur de risque pour des calculs vésicaux et d’autres problèmes de santé.
Hill’s sélectionne soigneusement des sources protéiques de haute qualité et avec un faible rapport cendres/protéines. Cela signifie une meilleure nutrition pour vos animaux et de plus haute qualité.

Les glucides sont indispensables à une alimentation équilibrée

Les ingrédients comme les céréales, les pommes de terre, les légumes et les fruits constituent une source d’énergie et de fibres facilement assimilables, qui favorisent des selles fermes et stimulent la croissance des bactéries intestinales bénéfiques.10-12

Les céréales ne sont pas des « ingrédients de remplissage ». En effet, utilisées dans une ration équilibrée, elles apportent de l’énergie, ainsi que des vitamines, des minéraux, des acides gras et des acides aminés. Les céréales libèrent progressivement de l’énergie sur plusieurs heures, et ont ainsi un rôle bénéfique en tant que source d’énergie pour votre animal.13,14

Les chiens ne sont pas des loups : nos chiens domestiques ont changé leur profil génétique. Comparés à leurs ancêtres,15 ils peuvent mieux digérer les glucides et en tirent bénéfice.

Les croquettes de votre animal n’ont AUCUN sucre de table ajouté (pas de saccharose, de glucose ni de fructose).

Sur la base des preuves actuellement publiées, il n’y a pas de relation de cause à effet entre l’apport en glucides et l’obésité ou le diabète des chats16-18 ou des chiens.

Chez Hill’s, nous utilisons le juste équilibre en sources de glucides.

Eviter la surconsommation non nécessaire de protéines, c’est faire un geste pour l’environnement.

Les études montrent que la production d’aliments d’origine animale demande bien plus d’énergie, de terres cultivables et de ressources en eau que celle d’aliments d’origine végétale.19 Eviter une surconsommation non nécessaire de protéines, c’est donc faire un geste pour l’environnement.

La philosophie de Hill’s : offrir une nutrition précisément équilibrée, fondée sur des preuves scientifiques

Nous sommes convaincus qu’une alimentation de qualité est vitale pour offrir aux animaux une vie longue et heureuse.

Fort de 70 années de recherche en nutrition, Hill’s s’appuie sur plus de 400 études cliniques, menées par plus de 150 vétérinaires et nutritionnistes, qui sont à la fois des professionnels de la santé et des propriétaires d’animaux.

Nous utilisons uniquement des ingrédients de la plus haute qualité et nous respectons des contrôles de fabrication très stricts. Nous n’incluons aucun conservateur, arôme, ou colorant artificiels. Nous proposons une garantie 100 % satisfait ou remboursé sur tous nos aliments.

Il est important d’éviter tout excès ou toute carence en certains nutriments, car de nombreuses maladies peuvent être aggravées, voire même provoquées, par une alimentation déséquilibrée donnée quotidiennement.

Le tableau ci-dessous montre comment les nutriments les plus importants peuvent influencer la santé de votre animal :

Votre vétérinaire consacre sa vie à prendre soin des animaux et a à cœur de protéger les intérêts de votre animal. N’hésitez pas à lui parler de vos préoccupations, il saura vous recommander la meilleure nutrition pour répondre aux besoins spécifiques de votre animal.

  1. Enquête KANTAR TNS 2016 (14073 foyers français interrogés fin 2016)
  2. Laflamme DP et al. Discrepancy between use of lean body mass or nitrogen balance to determine protein requirements for adult cats. JFMS 2013 – 0(0) 1 – 7;
  3. Hughes R et al. Protein degradation in the large intestine: relevance to colorectal cancer. Current Issues in Intestinal Microbiology 2000 – 1, 51 – 58 ;
  4. MacFarlane GT et al. The colonic flora, fermentation, and large bowel digestive function. In: S. F. Phillips, J. H. Pemberton, R. G. Shorter(eds), The Large intestine: Physiology, Pathophysiology, and Disease. Raven Press, New York, 1991, pp. 51 – 92 ;
  5. Carlo Pinna et al. In vitro influence of dietary protein and fructooligosaccharides on metabolism of canine fecal microbiota. BMC Veterinary Research (2016) 12 : 53 ;
  6. Ross SJ, et al. Clinical evaluation of effects of dietary modification in cats with spontaneous chronic renal failure. JAVMA, Vol 229, No. 6, September 15, 2006 ; 949 – 57 ;
  7. Jacob F et al. Clinical evaluation of dietary modification for treatment of spontaneous chronic renal failure in dogs. JAVMA 2002 Apr 15 ; 220(8) : 1163 – 70 ;
  8. Elliott et al, Survival of cats with naturally occurring chronic renal failure: effect of dietary management. J Small Anim Pract 2000 ; 41 : 235 – 41.
  9. King JN, Tasker S, Gunn-Moore DA. Prognostic factors in cats with chronic kidney disease. J Vet Intern Med 2007 ; 21 : 906 – 16 ;
  10. Middelbos IS et al. Evaluation of fermentable oligosaccharides in diets fed to dogs in comparison to fiber standards. J Anim Sci. 2007 ; 85 : 3033 – 30344.
  11. Leib MS. Treatment of chronic idiopathic large-bowel diarrhea in dogs with a highly digestible diet and soluble fiber: a retrospective review of 37 cases. J Vet Intern Med. 2000 ; 14 : 27 – 32.
  12. Freiche V et al. Uncontrolled study assessing the impact of a psyllium-enriched extruded dry diet on faecal consistency in cats with constipation. J Feline Med Surg. 2011 ; 13 : 903 – 911.
  13. Kienzle E. Carbohydrate metabolism of the cat – 2. Digestion of starch. J Anim Physiol Anim Nutr 1993 ; 69 : 102 – 114 ;
  14. De Oliveira L et al. Effects of six carbohydrate sources on cat diet digestibility and postprandial glucose and insulin response. J Anim Sci 2008 ; 86 : 2237 – 2246 ;
  15. Axelsson E et al. The genomic signature of dog domestication reveals adaptation to a starch-rich diet. Nature 2013 ; 495 : 360 – 364 ;
  16. Buffington C. Dry foods and risk of disease in cats. Can Vet J 2008 ; 49 : 561 – 563 ;
  17. Backus RC, Cave NJ and Keisler DH. Gonadectomy and high dietary fat but not high dietary carbohydrate induce gains in body weight and fat of domestic cats. Br J Nutr 2007 ; 98 : 641 – 50 ;
  18. Slingerland LI, Fazilova VV, Plantinga EA, et al. Indoor confinement and physical inactivity rather than the proportion of dry food are risk factors in the development of feline type 2 diabetes mellitus. Vet J 2009 ; 179 : 247 – 253 ;
  19. Pimente D, Pimentel M, Sustainability of meat-based and plant-based diets and the environment. Am J Clin Nutr 2003 ; 78(suppl) : 660S – 3S ;
[ ↑ skip to content ↑ ]